frendeelgaitptes


PrésidentJean-Marc NAILLON  

Président de l’Abeille Périgordine

 

 

Depuis deux années, ce n’est pas facile de produire du miel en Dordogne au printemps !


La saison 2013 avait laissé les maturateurs vides ou quasiment vides au printemps, en raison d’une météo très défavorable. Pas ou peu de miel d’acacia l’année dernière. Les clients nous le réclamaient désespérément, et nous leur promettions pour cette année.

Mais, c’était sans compter sur le vent du nord, si tenace en avril !

Alors pas question de refaire des stocks en cette année 2014. De nombreux apiculteurs n’ont rien récolté à la suite de la miellée d’acacia. Ceux qui en ont extrait peuvent en apprécier la qualité, mais la quantité n’est pas au rendez vous, et il faudra patienter une année supplémentaire pour faire des réserves suffisantes qui permettraient de « faire le joint » jusqu’à la saison suivante.

Les années se suivent mais ne se ressemblent pas tout à fait. Nous avons eu la bonne surprise en fin de printemps d’assister à une belle miellée de tilleul, suivie immédiatement par une ronce abondamment butinée.

A l’heure où j’écris ces lignes, la miellée de châtaignier semble bien partie elle aussi.

Les amateurs de miel devront s’adapter à l’offre des apiculteurs périgordins. Et nous pourrons juger en février prochain de la qualité des miels récoltés, à l’occasion du concours de miel organisé dans le cade de la fête des abeilles et du miel.

Cette transition me permet de vous indiquer qu’il faut d’ores et déjà cocher sur votre calendrier 2015 la date du dimanche 8 février. Nous travaillons en effet à l’organisation de la quatrième édition de la « fête des abeilles et du miel » qui aura lieu comme les fois précédentes à Trélissac. Sans dévoiler le programme qui n’est pour l’instant qu’à l’état de projet, nous pouvons affirmer que ce sera une grande fête pour les apiculteurs du département. Le miel et les produits de la ruche seront au premier plan avec vos stands de vente au public, et ceux des apiculteurs des départements voisins, dans le cadre de notre objectif de mise en valeur de nos productions. Les apiculteurs seront à la fête également avec un conférencier de premier plan. Le public sera encore plus important que pour l’édition 2013, car de nombreuses animations l’attireront vers notre manifestation.

Vous pouvez préparer votre participation à cette fête dès maintenant car vous avez tout le temps pour préparer une ruche pour le concours des ruches décorées, pour photographier vos abeilles, vos activités apicoles dans l’objectif du concours photo, ou pour imaginer un stand original qui ravira le public.
Vous pouvez également solliciter vos voisins et amis, artistes ou photographes pour les inciter à préparer ces deux concours avec vous. Le travail d’équipe est toujours plus inventif.

En attendant cette grande manifestation, nous continuons nos actions dans différents domaines :

  • Nous sortons juste de la journée de formation à l’élevage de reines. Son succès s’est encore accentué cette année et nous avons rapidement fait le plein des inscriptions. La parution tardive dans la revue nationale « Abeilles et fleurs » nous a amené de nombreuses demandes d’apiculteurs d’autres départements, parfois lointains. Même si nous avons augmenté le nombre d’inscriptions acceptées, nous avons refusé des demandes pour pouvoir garder la qualité de la formation proposée. Le bénévolat a ses limites et il nous serait difficile d’organiser une deuxième journée de formation pour satisfaire toutes les demandes.
  • Le rucher école a attiré de nombreux futurs apiculteurs. Nous avons essayé cette année d’intégrer de nouveaux formateurs afin de dédoubler les groupes de travail autour des ruches. Il est devenu impératif que nous multipliions le nombre de colonies de La Gavinie pour donner davantage de postes d’apprentissage. Nous y travaillerons au printemps prochain.
  • Une délégation d’une dizaine d’apiculteurs de l’Abeille Périgordine a participé le 1er avril à la manifestation organisée par l’UNAF et 3 autres organisations nationales apicoles (la Confédération Paysanne, la FNOSAD et le SNA) devant le siège de France Agrimer à Montreuil. Il s’agissait d’affirmer qu’il n’y a pas de développement durable de l’apiculture sans le retrait des insecticides néonicotinoïdes, sans une réduction drastique de l’utilisation des insecticides, sans une modification en profondeur des procédures d’homologation des pesticides, des biocides et des produits vétérinaires au regard de l’impact de ces produits sur les abeilles. Il nous faut remercier ces apiculteurs de nous avoir représentés à un moment où l’avancée du développement des colonies demande une présence importante dans les ruchers. Grâce à l’implication de 800 apiculteurs de France, notre message a pu arriver aux oreilles de nos dirigeants.

Je dois enfin saluer l’initiative de deux parlementaires qui sont à l’origine d’une résolution demandant l’interdiction des insecticides néonicotinoïdes. Il s’agit de Joël Labbé, sénateur du Morbihan, et de Germinal Peiro, député de la Dordogne. Cette résolution a, pour le moment, été signée par 173 parlementaires et sera présentée à l’automne devant les deux chambres législatives. Si cette démarche pouvait aboutir, elle représenterait une grande avancée pour l’apiculture. Vous trouverez dans cette revue le communiqué de presses de l’UNAF présentant cette résolution.


Je vous souhaite un bel été apicole … et de belles récoltes.


JMN signature

Agenda

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Partager