frendeelgaitptes

ebourdial

 

Edith BOURDIAL 

Présidente de l’Abeille Périgordine

 

DARE DARE

Avec plus de 6 millions de ruches détruites en 20 ans, les abeilles constituent l'une des espèces les plus menacées dans le monde animal, et l'une des premières victimes des insecticides, et notamment des néonicotinoïdes, apparus sur le marché en 1991. 

Seulement, aujourd'hui, en plus d'être ravagé par ces produits hautement toxiques et reconnus comme tels par la communauté scientifique, le petit pollinisateur souffre aussi et surtout du manque de courage d'une partie de la classe politique française, mais également européenne. 

En effet, pollués par l'omnipotence des géants de l'industrie et guidés par la peur d'affronter de nouveau le monde agricole, à moins d'un an des élections législatives, des dizaines de députés, de sénateurs et de ministres ont, ces dernières semaines, choisi de repousser à 2017, puis 2018, et probablement 2020, la mise en place d'une éventuelle interdiction de l'utilisation de ce traitement. 

Pour le Ministre de l'Agriculture, il s'agit avant tout de ne pas pénaliser les cultivateurs français. Seulement, à vouloir garantir à tout prix aux agriculteurs une pratique pesticide égale à nos voisins européens, afin de maintenir leur rendement de production, le serpent se mord la queue : sous prétexte de protéger ses paysans, Stéphane Le Foll laisse en effet mourir les abeilles. 

Mais sans les abeilles, plus de fruits ni de légumes, et donc plus d'agriculteurs. 

Paradoxe insensé d'un pays qui a mis en place, et en grande pompe, le Grenelle de l'Environnement en 2008 et qui vient d'organiser la Cop21, en 2015. 

La France reste aujourd'hui le premier consommateur de pesticides en Europe et ne fait rien pour s'éloigner d'un podium mortel pour tous : abeilles, agriculteurs, économie, environnement... etc. 

Jusque-là et encore récemment, les sénateurs de Dordogne ont d'ailleurs choisi de ne rien faire. 

Il est pourtant urgent d'ouvrir les yeux et d'interdire une fois pour toutes les néonicotinoïdes. Urgent aussi d'offrir aux agriculteurs des solutions alternatives.
La France et ses ruches en sortiraient grandies.
Mais surtout, en vie.

ebourdialsign

 

Agenda

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Partager