frendeelgaitptes

 

Sauver les colonies:

Les réserves sont souvent insuffisantes et les abeilles rares et vieilles. Il faut leur permettre de survivre et d'élever la première génération.

 

Un nourrissement au candi ou pâte nourrissante (en stock à l'Abeille Périgordine) posée directement juste au-dessus de la grappe évitera la mort par famine.

 

Réduire le refroidissement en limitant la place à l'intérieur de la ruche. Un procédé simple consiste à placer une plaque d'isolant de chaque coté du paquet d'abeilles. Personnellement j'emploie des dessus de caisses à poissons taillés à la bonne dimension. Cette précaution limitera la consommation de nourriture et l'épuisement des abeilles. Au début de l'élevage, le couvain sera plus facilement chauffé et pourra être plus important.frelons01_01



Réduire l'entrée de la ruche à 5mm ou 5,5mm pour empêcherV. velutina de pénétrer dans les ruches, de déranger les abeilles et les décimer. À maintenir tant que l'activité de la ruche est faible.



Préserver nos auxiliaires:

Depuis frelons01_02le début des grands froids de fin novembre nous pouvons observer que les nids sont attaqués par les oiseaux - mésanges, pies, merles, pics...-.



C'est un phénomène nouveau.

Nous pouvons supposer que le froid les a incités à s'alimenter ainsi. Suite à ce début d'apprentissage, il est possible que ce type de prédation s'accentue et limite légèrement de développement de V. velutina. Aujourd'hui, la destruction des nids par insecticides ou par fusil de chasse ne présente plus d'intérêt et risque de tuer nos auxiliaires.

Limiter le développement de Vespa Velutina:

Nous ne pouvons plus espérer éradiquer ce frelon. Par contre il est possible de limiter son développement et surtout l'impact sur les ruchers. La lutte doit s'organiser sur divers niveaux: recherches, plans de lutte au niveau national et départemental. Le 7 janvier 08, le préfet de Dordogne a lancé un plan de lutte suite à nos entrevues des 12 et 14 novembre. Ce plan en collaboration avec le Conseil Général, l'Union des Maires et la Filière Apicole comportera plusieurs phases : piégeage des fondatrices en hiver et destruction des nids en été. Les impératifs qui lui sont imposés limiteront probablement l'efficacité. Les apiculteurs n'ont pas les mêmes impératifs. Dans les lieux déjà contaminés, l'objectif doit être de neutraliser au moins 95 % des nids. Nous devrons avant tout compter sur nous-mêmes pour protéger les colonies. Nous devons piéger au printemps les fondatrices et maintenir les pièges actifs pendant toute la durée de la saison. Nous développerons ce dernier point dans la prochaine revue.

Le piégeage des fondatrices :

Principes: Durant l'hiver, les fondatrices désertent le nid pour aller s'abriter dans des souches, troncs d'arbres, charpentes, murs... Sans réserves, les ouvrières sont condamnées, et les larves peuvent servir de nourriture aux oiseaux, nos futurs alliés.

Dès février, les fondatrices seront à la recherche de nourriture. Elles construiront un nid chacune en mars ou avril, pondront, chasseront pour élever leurs larves (une quinzaine en première génération). En mai ou juin, les premières ouvrières naîtront. À partir de ce moment, la pondeuse ne s'expose plus et reste au nid pour pondre.

Les fondatrices sont donc particulièrement vulnérables entre mi-février et début-juin. Une fondatrice piégée durant cette période évitera un nid, la naissance de milliers de frelons et ce seront des dizaines de milliers d'abeilles épargnées.



Les besoins alimentaires évoluent en fonction des étapes:

 

  • Énergie (sucres, fruits et miel,) toute l'année,
  • Protéines (abeilles, insectes, pollen ...) en période d'élevage à partir de mai jusqu'à l'hiver.

 

Les appâts en hiver seront surtout riches en sucres associés à un répulsif pour les abeilles:

  • Sources de sucres : miel, sirop de nourrissement, confiture, sirop de grenadine...
  • Répulsifs :
  • Alcool (vin, bière, vinaigre...)
  • Frelon: Les abeilles n'entrent que très rarement dans un piège oû se trouve un frelon.

 

Exemples :

  • bière + sucres. Le sucre devra être rajouté régulièrement.
  • bière + «picon» + sucres + miel. Beaucoup plus attractif que le précédent.
  • Confiture, vinaigre.
  • Sirop de nourrissement + miel + frelon. Extrêmement attractif, peu de maintenance, nécessite des frelons pour éviter de piéger les abeilles.

 

Les emplacements les plus fréquents sont à proximité :

  • de points d'eau (rivières, mares, piscines ...)
  • des ruchers: Le miel attire très puissamment V. velutina. Promesses de nourriture facile à trouver, miel en hiver, abeilles en été.
  • de secteurs abrités du vent.
  • de lieux de passage d'essaims: 15 % des nids que j'ai détruits se trouvaient à moins de 20 m d'arbres sur lesquels j'ai ramassé un essaim ces 3 dernières années.

 

Dans le rucher: à un mètre de distance, 2 pièges peuvent avoir une efficacité très différente.
Il paraît important que les pièges soient placés au soleil, à quelques dizaines de cm du sol.



Types de pièges :

 

  • Les bouteilles en plastique sont relativement peu attractives pour les modèles de 1,5L, il est possible que les modèles de 5L permettent une meilleure entrée. Avantages : elles sont peu coûteuses.
  • Les pièges sélectifs en matière plastique sont peu coûteux, sélectifs, mais ils freinent l'entrée des frelons.
  • Les pièges élaborés par M. Jacques Blot, qui seront implantés par les collectivités sur le département et dont le plan sera très prochainement disponible sur le site internet: http://velutina.terralias.com
  • Les pièges «cloche»frelons01_03 (environ 4€) offrent une excellente facilité de pénétration qui augmente l'efficacité. La sélectivité est assurée par les répulsifs comme les alcools ou la présence de frelons morts. Dans le cas des appâts très concentrés, la maintenance est réduite durant la période hivernale.



Les pièges qui frelons01_04seront installés dans le plan de lutte départemental sont sélectifs mécaniquement, c'est la taille de l'entrée (6mm) et des sorties (5mm) qui permettra de trier V. velutina des autres insectes. Nous craignons que V. velutina se laisse peu piéger. J'ai testé cet automne, de nombreux pièges à guêpes, bouteilles... Le seul à avoir permis de faire baisser rapidement la présence de V. velutina dans le rucher est le piège type «cloche» qu'on trouve dans certains magasins de bricolage.



Nombre de pièges:

 

Ne pas hésiter à poser plusieurs pièges avec différents types d'appâts.

Nous ne sommes qu'au tout début de nos connaissances. Je compte sur l'expérience de chacun de vous pour progresser et sur vos témoignages (et éventuellement photos).

 

Nous aborderons le piégeage de Vespa velutina dans la ½ journée de formation, le 16 février à Trélissac.

 

Richard LEGRAND - janvier 2008

Agenda

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Partager