frendeelgaitptes

Raymond SAUNIER

* Une salle de réunion avec tables et chaises, qui sert essentiellement de salle de cours et qui peut accueillir une bonne vingtaine de personnes, Les murs sont couverts de planches pédagogiques et d'un tableau noir, il y a une télé, un lecteur de dvd, tout ce qu'il faut pour la théorie.

* Une miellerie, équipée de l'équipement classique, pour extraire le miel la douzaine de ruches proche du chalet (il y en a d'autres ailleurs). À noter un congélateur qui a permis à ceux qui comme moi ne le connaissait pas, de goûter du pollen «frais».

Grillage à maille 12* La troisième salle est un musée, ou sont exposés des objets apicoles, originaires d'autres temps ou d'autres contrées. On y voit aussi des nids de frelons asiatiques, nous sommes dans un département qui n'est pas épargné par vespa velutina.Département qui n'est pas épargné par vespa velutina.
Pour en limiter les dégâts, on observe à l'avant des ruches un grillage à maille 12, qui crée un volume d'environ ½ ruche devant l'entrée. Cela laisse passer facilement les abeilles, n'empêche pas les frelons de rentrer mais semble les gêner suffisamment pour limiter leur présence devant la planche d'envol.

 

 

L E GAEC APICOLE DE LUGOS :

Changement   de   «cadre»...Changement de «cadre» pour la visite de l'après-midi. Nous sommes chez un producteur de miel «professionnel» avec une dimension et des moyens qui font croire à l'amateur qu'il est sur une autre planète. Successeurs de l'entreprise créée par leur père dans les années 60, nous sommes reçus par les frères ARNOULD.

Ici, c'est une activité qui s'est mise en place avec le temps, qui s'est rodée avec les années, et ou 3 (trois) personnes conduisent près de 1500 ruches (Il y en eu jusqu'à 3000 !).

Alors forcément la miellerie est une usine, le stockage des hausses un entrepôt, l'entretien des ruches se passe dans un atelier et le frigo est une chambre froide. Ici on désopercule mécaniquement, à la chaîne, les extracteurs traitent une vingtaine de  cadres à la fois, le miel s'écoule dans un réseau de canalisations, on décante dans une cuve de 4 mètres de haut et les pots de miel pèsent 300 kg !Les extracteursUne cuve de 4 mètres de haut

Les ruches sont partiellement en transhumance dans un large quart sud ouest de la France, pour cela il y a un camion grue et sa remorque. Les miels de transhumance sont variés mais les ruches sont aussi déployées localement, dans la forêt landaise où la bruyère est abondante. Deux variétés distinctes de bruyère, l' «Erica» qui fleurit en début d'été et la «Callune» plus présente en automne, produisent deux variétés différentes de miels.

 

Visite du hangar de stockage des hausses.Visite du hangar de stockage des hausses.GAEC apicole de LUGOS

Au cœur de la pinède et à proximité des bruyères, M. ARNOULD nous amène près des colonies regroupées par 4 sur des palettes.olonies regroupées par 4 sur des palettes.
Petits pots de miel du GAEC apicole de LUGOS...Petits pots de miel du GAEC apicole de LUGOS...
Merci à nos hôtes de cette journée pour leur accueil (et leurs buffets), et à la Mairie de TRELISSAC pour la mise à disposition des deux minibus.
Douze heures ce n'était pas de trop pour tout voir, poser toutes les questions qu'appelle la découverte de ces nouveautés pour un apiculteur débutant.

 

Faudra-t-il un voyage de deux jours en 2013 si nous allons voir plus grand, plus loin ?

Reportage : Jacques PICHARD

 

 

 

 



Agenda

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Partager